Blog

Séduction contagieuse

Marc 12: 28-34

28 Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s’approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? 29 Jésus répondit : Voici le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur ; 30 et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. 31 Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.
32 Le scribe lui dit : Bien, maître ; tu as dit avec vérité que Dieu est unique, et qu’il n’y en a point d’autre que lui, 33 et que l’aimer de tout son coeur, de toute sa pensée, de toute son âme et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, c’est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices. 34 Jésus, voyant qu’il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n’osa plus lui proposer des questions.

 

CONTEXTE

Répondant à la question que les sadducéens soulevèrent sur la résurrection des morts, Jésus répondit, que les êtres humains ne seront plus mariés mais deviendront comme des anges car il est le Dieu des vivants [Mc. 12 : 25-27].

Une grande foule admirait ses réponses et sur la promesse de Dieu faite à David pour qu’il fasse de ses ennemis, son marchepied [vv. 35-37].

THEMATIQUE

Du nombre de ceux qui lui adressaient des questions, l’un des scribes, s’approchant de Jésus lui demanda quel était le commandement dont l’observance inclurait celle de tous les autres [v. 28] ? Et Jésus de répondre : d’un côté, d’avoir une confession de foi monothéiste en aimant Dieu de toutes ses forces ; de l’autre, d’aimer son prochain comme soi-même [vv. 29-31].  Mais le scribe poursuit, c’est un grand sacrifice d’aimer un seul Dieu ainsi que ses semblables avec bonté [vv. 32-33]. Jésus lui répondit qu’il était sur la bonne voie [v. 34].

ARGUMENTATION

Plus on apprend, plus on enrichi ses connaissances. Le Livre de Marc présente un tableau particulier qui a rapport avec l’argumentation du Christ, à ceux qui lui posaient des questions. Elles étaient répondues à la satisfaction de la foule qui l’écoutait attentivement au point où ceux qui l’éprouvaient finissaient par se taire [v. 34b].

Plusieurs points ont été à l’origine de son enseignement : (1) l’intérêt du savoir ; (2) la profondeur des questions ; (3) les révélations qui portaient à la réflexion. Tout porte à croire que ceux qui étaient présents étaient versés avec intérêt à son enseignement. Rien ne semblait les échapper et la leçon a été retenue avec admiration.

Les discussions se portaient notamment sur les commandements de Dieu, la manière de les appliquer et de les comprendre. Les particularités suivantes pouvaient être observées sur les interactions ; notamment l’attention que sollicitait le Christ [v. 29b], l’amour dont il prônait envers Dieu [v. 30] et son prochain [v. 31] et le discernement qui viendra clore la rencontre mettant sur la voie ceux qui aspiraient à le suivre avec intelligence [v. 34].

OBSERVATIONS

Les gens passent la plupart du temps à leur portable cellulaire. Prenez le temps de les observer et vous comprendrez. Ils les ont en mains, dans les sacs, dans les poches, regardant avec intermittence s’ils reçoivent des textes – la plupart oisifs – ou appelle sans pour autant rien dire, juste pour le plaisir de se servir de leur jouet. Déconcentrés sur ce qui ferait l’objet de leur véritable préoccupation pour leur permettre de grandir, ils sont pris au piège de l’influence à distance dans les réseaux sociaux qui conduisent aux distractions contagieuses et permanentes. Le soir, le téléphone est près de la tête comme un doudou envahissant rassurant jusqu’au lit pour regarder une dernière fois le prochain message ou les dernières nouvelles. Tôt au matin c’est le réveil impulsif, direction téléphone pour ne plus en finir.

“Le téléphone portable est en passe de devenir le meilleur ami obligé de l’homme. Il est indispensable. Des enquêtes très sérieuses partout dans le monde ont révélé tout récemment que 66% des personnes ressentent une réelle souffrance lorsqu’ils sont séparés de leur téléphone portable. C’est une maladie : La nomophobie (no mobile phone phobia). Le diagnostic est le suivant : souffrir de ne pas avoir son téléphone portable à portée de main donc la peur d’en être séparé. La nomophobie peut se traduire par des attaques de panique, une respiration qui deviendrait courte, des nausées, des tremblements ou un rythme cardiaque accéléré. Elle peut être également auto-diagnostiquée si vous constatez que vous vérifiez sans cesse où se trouve votre téléphone ou que vous êtes angoissé en permanence à l’idée de l’égarer. Les cas les plus extrêmes peuvent aboutir à une hospitalisation.” [1]

LA REALITE

En contraste du Livre de Marc, on constate deux sociétés, l’une versée aux affaires de Dieu et l’autre, moderne, s’éloignant avec des intérêts qui n’ont que pour but de devenir des adiques impulsifs et matérialistes minant les relations spirituelles et les relations personnelles. Si 66% de personnes en Angleterre se sentent perdues sans leur smartphone, il faut croire qu’elles étaient perdues bien avant, ignorant l’enseignement du Christ avec tout ce qui devrait faire l’objet de leur préoccupation première, Dieu. L’enseignement du Christ était clair comme pour aujourd’hui, aimer Dieu de toutes ses forces. « Jésus présente dans ses paroles une morale d’un caractère absolu, sans les limites qu’il trouvait dans la morale de son temps. » [2] Comment peut-on exercer l’amour quand ce dernier est absent ? Comment peut-on honorer Dieu si l’objet des préoccupations humaines est à l’antipode du cheminement de la sagesse ? Comment peut-on parler de Dieu si on des oreilles pour ne pas écouter autre qui fait l’objet de ses passions ? « Non seulement Jésus sait sonder les reins et les cœurs, mais il sait pénétrer les ressorts intimes de cet individu collectif si difficile à cerner qu’est la foule. L’action est d’autant plus méritoire que celle-ci est désorganisée, débandée comme un troupeau désorienté. Aussi la fédère-t-il par l’enseignement comme le pasteur regroupe ses moutons à la voix. » [3]

“Une étude sur le comportement de 100 utilisateurs fait ressortir que ces derniers sont dépendants de leur téléphone. Dans le détail, les femmes s’avéreraient plus nomophobes (70%) que les hommes (61%). En effet, ils souffrent du sentiment de rejet quand ils ne reçoivent pas de messages ou d’alertes. Les utilisateurs sont donc dépendants de la relation immédiate mais pas de l’objet et peuvent ressentir la peur de ne plus exister pour autrui si leur téléphone est éteint. Les liens que l’on peut avoir avec ses proches via les mobiles est une façon de se rassurer. Le téléphone devient un facteur d’intégration, il sera bientôt très difficile de ne pas en avoir. Le portable remplace petit à petit la cigarette comme facteur d’intégration.” [4]

QUELLE DECISION ?

Comment se rapprocher du royaume de Dieu a été fondamentalement la question du scribe au Christ ?  La réponse d’hier est tout à fait celle d’aujourd’hui : aimer Dieu avec passion et son prochain comme une extension de soi-même. “Si ce principe domine une âme, celle-ci sera disposée à obéir à tous les autres commandements.” [5] Aimer de tout son coeur engagera à effectuer toutes choses auquel il prend plaisir même à la création du smartphone qui est encore son oeuvre. Peut-être que l’on comprendra qu’en aimant les choses avant Dieu ou même l’être humain avant Lui, on se condamne sans le savoir. L’expérience des sadducéens et du scribe devrait être renouvelée par chaque intéressé et plus particulièrement par ceux qui préfèrent l’ignorance que la raison. C’est une démarche individuelle par la foi à laquelle on retrouvera la suprématie de sa véritable passion dans l’enseignement du Christ qui ouvre les arcanes de la lumière véritable à la compréhension du chemin par lequel on est justifié. « La foi dont il est question consiste dans le courage de crier son impuissance malgré les obstacles sociaux de quitter la plénitude de la possession d’un ‘toy’ et de la condition d’assiste pour partir à la rencontre du fils de Dieu en faisant l’aveu de son manque et de son désir d’y voir clair dans sa vie. » [6]

 

Notes et Références bibliographiques

[1]https://letelephonemobiletpe.wordpress.com/ii-le-telephone-portable-un-danger-2/3-une-destruction-sociale/

[2]Söderblom, Nathan. Le sens des commandements de Jésus dans le discours sur la montagne. Revue de Théologie et de Philosophie et Compte-rendu des Principales Publications Scientifiques Vol. 30 (1897), p. 248.

[3]Burnet, Régis. “Du miroir au face-à-face” : voir comme Dieu voit dans le Nouveau Testament. Pallasno. 92. Regard et représentation dans l’Antiquité (2013), p. 263.

[4]Ibid. 4 Novembre 2018.

[5]https://topbible.topchretien.com/marc.12.17/LSG,COM/

[6]Burnet, Regis. Ibid. p. 266.

Leave a Comment