Blog

Si vous ne faites rien, on le fera pour vous. La faute n'est pas à Dieu mais à vous, qui n'aviez pas le courage d'oser.

Que faire?

Troisième Dimanche des Carêmes 

Suggestion des lectures:

Exodus 20:1-17
Psaume 19

1 Corinthiens 1:18-25
John 2:13-22

Exode 20
1 Alors Dieu prononça toutes ces paroles :
2 « Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir d’Egypte, de la maison d’esclavage.
3 » Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi.
4 » Tu ne te feras pas de sculpture sacrée ni de représentation de ce qui est en haut dans le ciel, en bas sur la terre et dans l’eau plus bas que la terre.
5 Tu ne te prosterneras pas devant elles et tu ne les serviras pas, car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux. Je punis la faute des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me détestent,
6 et j’agis avec bonté jusqu’à 1000 générations envers ceux qui m’aiment et qui respectent mes commandements.
7 » Tu n’utiliseras pas le nom de l’Eternel, ton Dieu, à la légère, car l’Eternel ne laissera pas impuni celui qui utilisera son nom à la légère.
8 » Souviens-toi de faire du jour du repos un jour saint.
9 Pendant 6 jours, tu travailleras et tu feras tout ce que tu dois faire.
10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu. Tu ne feras aucun travail, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton esclave, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui habite chez toi.
11 En effet, en 6 jours l’Eternel *a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et *il s’est reposé le septième jour. Voilà pourquoi l’Eternel a béni le jour du repos et en a fait un jour saint.
12 * » Honore ton père et ta mère afin de vivre longtemps dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne.
13 » Tu ne commettras pas de meurtre.
14 » Tu ne commettras pas d’adultère.
15 » Tu ne commettras pas de vol.
16 » Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
17 » Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son esclave, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni quoi que ce soit qui lui appartienne. »

Psaumes 19
1 Au chef de chœur. Psaume de David.
2 Le ciel raconte la gloire de Dieu et l’étendue révèle l’œuvre de ses mains.
3 Le jour en instruit un autre jour, la nuit en donne connaissance à une autre nuit.
4 Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles, on n’entend pas leur son.
5 Cependant, *leur voix parcourt toute la terre, leurs discours vont jusqu’aux extrémités du monde où il a dressé une tente pour le soleil.
6 Et le soleil, pareil à un époux qui sort de sa chambre, s’élance dans la course avec la joie d’un héros ;
7 il se lève à une extrémité du ciel et termine sa course à l’autre extrémité : rien n’échappe à sa chaleur.
8 La loi de l’Eternel est parfaite, elle donne du réconfort ; le témoignage de l’Eternel est vrai, il rend sage celui qui manque d’expérience.
9 Les décrets de l’Eternel sont droits, ils réjouissent le cœur ; les commandements de l’Eternel sont clairs, ils éclairent la vue.
10 La crainte de l’Eternel est pure, elle subsiste pour toujours ; les jugements de l’Eternel sont vrais, ils sont tous justes.
11 Ils sont plus précieux que l’or, que beaucoup d’or fin ; ils sont plus doux que le miel, même le miel qui coule des rayons.
12 Ton serviteur aussi est éclairé par eux ; pour celui qui les respecte, la récompense est grande.
13 Qui discerne ses erreurs ? Pardonne-moi celles que j’ignore.
14 Préserve aussi ton serviteur du sentiment d’orgueil : qu’il ne domine pas sur moi ! Alors je serai intègre, je ne commettrai pas de grands péchés.
15 Fais bon accueil aux paroles de ma bouche et aux sentiments de mon cœur, Eternel, mon rocher, toi qui me rachètes !

1Corinthiens 1
18 En effet, le message de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauvés, il est la puissance de Dieu.
19 Du reste, il est écrit : Je ferai disparaître la sagesse des sages et j’anéantirai l’intelligence des intelligents.
20 Où est le sage ? Où est le spécialiste de la loi ? Où est le discoureur de l’ère actuelle ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse de ce monde ?
21 Puisque à travers cette sagesse le monde n’a pas connu Dieu en voyant sa sagesse, il a plu à Dieu de sauver les croyants à travers la folie de la prédication.
22 Les Juifs demandent un signe miraculeux et les Grecs recherchent la sagesse.
23 Or nous, nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les non-Juifs,
24 mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, qu’ils soient juifs ou non.
25 En effet, la folie de Dieu est plus sage que les hommes et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

Jean 2
13 La Pâque juive était proche et Jésus monta à Jérusalem.
14 Il trouva les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons ainsi que les changeurs de monnaie installés dans le temple.
15 Alors il fit un fouet avec des cordes et les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs. Il dispersa la monnaie des changeurs et renversa leurs tables.
16 Et il dit aux vendeurs de pigeons : « Enlevez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de commerce. »
17 Ses disciples se souvinrent qu’il est écrit : Le zèle de ta maison me dévore.
18 Les Juifs prirent la parole et lui dirent : « Quel signe nous montres-tu, pour agir de cette manière ? »
19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce temple et en 3 jours je le relèverai. »
20 Les Juifs dirent : « Il a fallu 46 ans pour construire ce temple et toi, en 3 jours tu le relèverais ! »
21 Cependant, lui parlait du temple de son corps.
22 C’est pourquoi, lorsqu’il fut ressuscité, ses disciples se souvinrent qu’il avait dit cela et ils crurent à l’Ecriture et à la parole que Jésus avait dite.

Thématique
Après que Jésus accomplit son premier miracle à Cana, les disciples crurent en lui. Il se rendit par la suite à Capernaüm avec eux ainsi que ses proches parents pour quelques jours [Jn. 2:7-12].

A Jérusalem, le nombre de croyants augmentait à cause des miracles qu’il continuait de faire. Mais Jésus, connaissant leur coeur, se méfia d’eux [vv. 23-25].

Devant l’évidence des gens qui vendaient de tout au temple, quelques jours avant la fête de Pâque Juive, Jésus prit un fouet et les chassa avec rigueur, leur demandant de sortir [vv. 13-16]. Plusieurs des juifs rouspétaient et lui demandèrent des explications. Il répondit qu’il peut relever en trois jours le temple. Impossible, rétorquèrent-ils, pour une construction qui a pris 46 ans pour être achevée. Il a fallu quelques temps, après la résurrection du Christ, que les disciples ont pu faire l’analogie de ses paroles prophétiques [vv. 21-22].

Exégèse
Les gens se croient tout permis. S’il existe des commandements de Dieu [7 :8-9 ; 10 :19] ; qui sont le respect de l’ordre divin, il y a aussi des lois humaines qui conditionnent la vie de la société.

Le comportement de Jésus, devant l’évidence du mauvais traitement du Temple, lieu réservé aux enfants de Dieu pour prier, se recueillir et méditer est un acte de l’Esprit. Une manifestation visible de Dieu dans la présence du Christ rejetant l’intolérable. Il devient évident que faire de l’argent est plus important que Dieu, passé au unième plan, vu que les êtres humains ont toujours des priorités où Dieu est le dernier rempart quand tout va mal seulement.

Heureusement que les lois peuvent conditionner la vie de l’être humain pour lui permettre de s’épanouir en respectant le droit des uns comme celui des autres, y compris le droit à la célébration de la vie dans la résidence des enfants de Dieu. Les lois quand elles sont appliquées favorisent tous à vaquer sans contraintes à leurs activités quotidiennes.

Tel ne fut pas le cas au temps de Jésus, car le tableau que décrit Jean nous semble indiquer que l’Etat était ou bien indifférent ou bien nonchalant à de pareilles conduites aussi longtemps qu’elles ne les affectaient pas directement. Point besoin de faire ressortir la vie du peuple de l’époque, mais plutôt de constater un état quasi-similaire que nous vivons actuellement dans notre société.

La rue dans notre culture, est devenue la résidence des vendeurs imposant leurs étalages de marchandises violant à la fois les espaces public et privé. Public, parce que les trottoirs sont faits pour les piétons, la rue pour les voitures; privé, parce que le mur de clôture est la propriété des résidents. Encore pire, les besoins physiques se font dans les coins, à côté des marchandises laissant des immondices incommensurables. Les pèlerins devant l’inévitable, laissent leur lieu d’habitation s’ils ont les moyens ou le pays pour ne plus revenir. En plus, viennent s’ajouter le tohubohu croissant des “tap-tap” dans le trafic et leur stationnement dans les aires résidentielles causant les mêmes conditions lamentables que les vendeurs.

Jésus, indigné de l’apathie des uns et des autres dans le Temple a réagi. En exemple, il montre que si l’intolérable ne doit pas être accepté, il ne doit pas l’être non plus dans les lois qui conditionnent la vie de la société. Il revient à l’Etat, qui est une autorité instaurée par Dieu, de suivre l’exemple du Christ pour équilibrer la vie de la société dans le respect des commandements et des lois. Manquant à son devoir, Dieu n’y est pas, tout comme il ne le fut pas dans l’Etat Romain.

Que faire?

Christ donne la réponse:
1. dénoncer l’Etat en utilisant les armes de la loi;
2. décrier l’intolérable en exposant l’état des lieux;
3. instruire l’acceptable en conditionnant les idées à voir autrement;
4. offrir des alternatives en exhibant les environnements d’autres cultures;
5. Espérer au changement en invitant Dieu avec respect à nous orienter.