Blog

La fidélité n’est pas un acte de foi mais un état de fait.

La fidélité n’est pas un acte de foi mais un état de fait.

Où est la priorité?

Mark 10:17-31

17 Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut et se jeta à genoux devant lui : « Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? » 18 Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, si ce n’est Dieu seul. 19 Tu connais les commandements : Tu ne commettras pas d’adultère ; tu ne commettras pas de meurtre ; tu ne commettras pas de vol ; tu ne porteras pas de faux témoignage ; tu ne feras de tort à personne ; honore ton père et ta mère. »  20 Il lui répondit : « Maître, j’ai respecté tous ces commandements dès ma jeunesse. » 21 L’ayant regardé, Jésus l’aima, et il lui dit : « Il te manque une chose : va vendre tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, [charge-toi de la croix] et suis-moi. »

22 Mais l’homme s’assombrit à cette parole et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.  23 Regardant autour de lui, Jésus dit à ses disciples : « Qu’il est difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! »  24 Les disciples furent effrayés de ce que Jésus parlait ainsi. Il reprit : « Mes enfants, qu’il est difficile [à ceux qui se confient dans les richesses] d’entrer dans le royaume de Dieu !  25 Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » 26 Les disciples furent encore plus étonnés et se dirent les uns aux autres : « Qui donc peut être sauvé ? » 27 Jésus les regarda et dit : « Aux hommes cela est impossible, mais non à Dieu, car tout est possible à Dieu. » 28 Alors Pierre lui dit : « Nous avons tout quitté et nous t’avons suivi. » 29 Jésus répondit : « Je vous le dis en vérité, personne n’aura quitté à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle sa maison ou ses frères, ses sœurs, sa mère, son père, [sa femme,] ses enfants ou ses terres, 30 sans recevoir au centuple, dans le temps présent, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants et des terres, avec des persécutions et, dans le monde à venir, la vie éternelle. 31 Bien des premiers seront les derniers et bien des derniers seront les premiers. »

 

S’adressant à la foule, Jésus leur dit en touchant et en bénissant les jouvenceaux, qu’il faut avoir un cœur d’enfant pour entrer dans le royaume de Dieu [Mc 10 :15].

Il leur informa sur la route conduisant à Jérusalem, qu’il sera livré aux chefs des prêtres pour être mis à mort [vv. 32-33].

En cours de chemin, Jésus répondit à un homme qui le supplia de lui dire comment il doit faire pour avoir la vie éternelle en l’orientant d’une part ; vers Dieu pouvant enseigner à faire quelque chose de bon ; et d’autre part, le référant au décalogue touchant le rapport de l’être humain avec son prochain [vv. 17-18]. Répondant de sa fidélité envers la Loi, Christ lui demanda de vendre tous ses biens et le suivre pour hériter le royaume de Dieu [vv. 19-21]. Attristé, l’homme partit bredouille n’ayant la confiance sans limites en Dieu [v. 22]. S’adressant aux disciples, Jésus leur dit clairement que ceux qui s’attachent aux biens de la terre rentreront difficilement dans le royaume de Dieu [v. 23]. Paniqués, les disciples encore balbutiants, ne sachant quoi dire, Jésus leur apaisa renvoyant à un thème de l’Écriture, tout est possible à Dieu [vv. 24-27]. Pierre ajouta, nous avons tout abandonné pour te suivre [v. 28]. Et Jésus de répondre, tous ceux qui le suivront recevront la vie éternelle [vv. 29-31].

L’enseignement du Christ éclaire et porte à la réflexion. Recevoir son enseignement ouvre la voie à la croissance intellectuelle et « spirituelle », car son enseignement n’est pas de lui mais plutôt de Celui qui l’a envoyé, Dieu. Partant de ce principe, on devient tous gagnants, jamais perdants si l’on reçoit son instruction qui porte les semences du succès et de la vie éternelle. C’est donc à cette question, que lui adressa un homme, voulant enrichir ses connaissances et se rassurer qu’il serait dans la bonne voie, s’il parvenait à savoir quoi faire. Se référant au Christ comme « Bon maitre » ; il fut réprimandé en ces termes, « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, si ce n’est Dieu seul » [v. 18] lui répondit Jésus. Cet enseignement tiré du Livre de Marc met en évidence que la bonté unique est en Dieu, que les autres sont superficiels ou par intérêt.

Malgré toutes les connaissances que l’on peut avoir de la Bible, si la foi n’est pas indicible, on est condamné à connaître la défaillance à moins de faire confiance totale à Dieu comme fut le Christ et les disciples qui le suivirent, en abandonnant tous leurs biens. « Christ profite du précédent dialogue avec le jeune homme riche, pour montrer à Ses disciples la difficulté d’obtention du salut, pour ceux qui vivent dans l’abondance ici-bas. De telles personnes, avides des richesses de ce monde, ne pourront jamais vraiment « s’approcher spirituellement » de Christ et de Sa Grâce. Elles ne pourront réellement saisir l’importance du salut, et ne pourront comprendre ceux qui n’ont que peu ici-bas et qui néanmoins, abandonnent tout pour Christ » [1]. Ce qui retient captif est ce qui influence. « La logique de l’avoir est à la base de toutes les discriminations que nous connaissons dans le monde, qu’il s’agisse du racisme, du sexisme, du nationalisme, etc., du « classisme » peut- être ! Alors que la logique de l’être qui est rupture radicale avec celle de l’avoir, c’est d’accepter d’être comme les autres, en rien différent, en rien supérieur, et surtout pas supérieur si on est chrétien » [2]. Hélas la réalité est bien tangible : beaucoup d’attachements à ses passions et peu pour Dieu avec le manque de sincérité que l’on connaît liée aux exigences matérielles rendent la vie perplexe et déséquilibrée. Il n’y a rien de mauvais de travailler, de se détendre mais où est la priorité ? C’est ce que Christ a démontré quand il testa l’homme qui a échoué, d’identifier son attachement. Ce même test, on le vit chaque jour pendant que l’enseignement du Christ continue de se révéler à chacun.

Un professeur d’histoire disait il y plusieurs années, « si la vérité est cinglante, elle est aussi sanglante ». Christ a donné sa vie pour cette vérité [v. 29] et elle a été à la fois douloureuse et sanglante. Beaucoup de Chrétiens voyagent à travers le monde porter leur témoignage de la bonne nouvelle. Plusieurs ont été martyrisés et d’autres mis à mort à cause de l’enseignement du Christ. Portes ouvertes raconte :

« Le régime nord-coréen considère les chrétiens comme des ennemis de l’État ; des dizaines de milliers d’entre eux font face à la mort dans des camps de travaux forcés. Y posséder une Bible met une famille entière en danger. Il subsisterait tout de même encore aujourd’hui entre 200 000 et 400 000 chrétiens clandestins dans le pays. »

« En Somalie, un musulman qui décide de devenir chrétien prend le risque d’être mis à mort par sa famille et les chefs de son clan. En outre, des islamistes extrémistes parcourent régulièrement le pays à la recherche de chrétiens pour les exécuter sur place.”

“Tous les chrétiens afghans sont d’arrière-plan musulman et doivent garder leur nouvelle foi secrète pour protéger leur vie.”

« Le gouvernement du Soudan est déterminé à en faire un pays entièrement islamique et veut contraindre les chrétiens à partir. Des pasteurs y sont emprisonnés et des églises y sont détruites. » [3]

La religion ne sauve pas ou le fait d’appartenir à un temple et même se rendre à « l’église » régulièrement ; en exemple, le Pharisien fidèle à la Loi. La fidélité n’est pas un acte de foi mais un état de fait.[4] La foi est l’adoption de cet état lié au conditionnement prioritaire de la vie. Tels étaient les comportements des disciples, que Pierre ajoute en ces termes : « Nous avons tout quitté et nous t’avons suivi » Ἤρξατο λέγειν ὁ Πέτρος αὐτῷ· ἰδοὺ ἡμεῖς ἀφήκαμεν πάντα καὶ ἠκολουθήκαμέν σοι.[v. 28]. Le détachement était évident et les conditions adéquatement complètes pour recevoir la vie éternelle. « On reproche à des saints leurs grandes richesses : « Comment pouvez-vous servir le Christ au milieu de tels trésors? »[5] La grande question est de savoir comment faire et quelle attitude à avoir pour remplir les conditions du salut maintenant ? Christ l’a aussi répondu : « Je vous le dis en vérité, personne n’aura quitté à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle sa maison ou ses frères, ses sœurs, sa mère, son père, [sa femme,] ses enfants ou ses terres, 30 sans recevoir au centuple, dans le temps présent, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants et des terres, avec des persécutions et, dans le monde à venir, la vie éternelle »ἔφη ὁ Ἰησοῦς· ἀμὴν λέγω ὑμῖν, οὐδείς ἐστιν ὃς ἀφῆκεν οἰκίαν ἢ ἀδελφοὺς ἢ ἀδελφὰς ἢ μητέρα ἢ πατέρα ἢ τέκνα ἢ ἀγροὺς ἕνεκεν ἐμοῦ καὶ ἕνεκεν τοῦ εὐαγγελίου, 30  ἐὰν μὴ λάβῃ ἑκατονταπλασίονα νῦν ἐν τῷ καιρῷ τούτῳ οἰκίας καὶ ἀδελφοὺς καὶ ἀδελφὰς καὶ μητέρας καὶ τέκνα καὶ ἀγροὺς μετὰ διωγμῶν, καὶ ἐν τῷ αἰῶνι τῷ ἐρχομένῳ ζωὴν αἰώνιον.[vv. 29-30]. « Ce n’est pas là un choix intellectuel. C’est l’engagement de la foi. Croire que Jésus a sauvé le monde ne me sert à rien, sauf à connaître mon malheur si je n’en fais pas partie… » [6].

 

Notes et références

[1]https://topbible.topchretien.com/marc.10.20/LSG,COM/

[2]Casalis Georges. La vie éternelle c’est maintenant. In: Autres Temps. Les cahiers du christianisme social. N°13, 1987. P. 30.

[3]https://chretien.news/50-pays-ou-les-chretiens-sont-persecutes/

Tiré de l’Observateur Chrétien par la rédaction du 1erFévrier 2017.

[4]«Comment, s’écria le juge surpris, tu viens de dire que tu voulais vivre et voici maintenant que tu veux mourir ! » Le chrétien répliqua : «Je veux vivre, mais dans l’éternité́ et non point en ce siècle périssable.» Menacée d’être envoyée rejoindre, si elle ne cède, son Christ supplicié, sainte Aura répond au gouverneur : «C’est bien dit, et la vérité́ vient cette fois de sortir de ta bouche, car je verrai le Christ, si je ne rends pas hommage aux démons.

Le Blant Edmond. Le christianisme aux yeux des Païens.In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 29e année, N. 4, 1885. p. 463.

[5]Ibid. p. 462.

[6]https://www.eglise-protestante-unie.fr/fiche/predication-sur-l-evangile-selon-marc-10-17-a-31-7517

Leave a Comment