Blog

Ce qu'on apprend d'un enfant est le comportement de tout individu intelligent qui décide de suivre le Christ. Essayez-le!

L’Issue: le renoncement

Cinquième Dimanche des Carêmes

18 Mars 2018

 

Jean 12 :20-31

20 Il y avait des non-Juifs parmi ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête.

21 Ils s’adressèrent à Philippe, qui était de Bethsaïda en Galilée, et lui demandèrent : « Seigneur, nous voudrions voir Jésus. »

22 Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus.

23 Jésus leur répondit : « L’heure où le Fils de l’homme va être élevé dans sa gloire est venue.

24 En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.

25 Celui qui aime sa vie la perdra et celui qui déteste sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.

26 Si quelqu’un me sert, qu’il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.

27 Maintenant mon âme est troublée. Et que dirai-je ? Père, délivre-moi de cette heure ? Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure.

28 Père, révèle la gloire de ton nom ! » Une voix vint alors du ciel : « J’ai révélé sa gloire et je la révélerai encore. »

29 La foule qui était là, et qui avait entendu, disait que c’était le tonnerre. D’autres disaient : « Un ange lui a parlé. »

30 Jésus reprit la parole : « Ce n’est pas à cause de moi que cette voix s’est fait entendre, c’est à cause de vous.

31 C’est maintenant qu’a lieu le jugement de ce monde ; c’est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors.

32 Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. »

33 ? Par ces paroles, il indiquait de quelle mort il allait mourir. ?

Thématique

Après que Jésus eût ressuscité Lazare, la foule se mit à le suivre au détriment des pharisiens [Jn. 12 : 17-19].

Le questionnant sur l’élévation du Fils de l’homme [v. 34 c], Jésus répondit à la foule, de marcher dans la lumière et d’éviter les ténèbres qui ne conduisent nulle part [v. 35].

Plusieurs des témoins s’adressèrent à Philippe et à André comme intermédiaires pour rencontrer Jésus [vv 21-22]. Il leur dit, le Fils de l’homme sera bientôt élevé dans sa gloire pour porter beaucoup de fruits dans la vie éternelle [vv. 24-25]. En me suivant poursuit Jésus, tout serviteur à mes côtés sera honoré de mon Père [v. 26].

J’aurais pu lui demander de me délivrer de mon angoisse, mais c’est pour cela que je suis venu afin de révéler Sa gloire [vv. 27-28].

Au bruit du tonnerre, une voix venant du ciel se fit entendre à la foule qui l’interprétait à sa manière [vv. 28-30].

Le jugement du monde est venu annonce Jésus et après mon enlèvement, j’attirerai tous les êtres humains à moi conclut-il [vv. 31-33].

Exégèse

Les foules en général sont aveugles. Elles se laissent diriger par leurs émotions particulièrement dans le domaine religieux. C’est dans les foules qu’on rencontre l’angoisse des uns et l’espérance des autres parce qu’elles recherchent toutes un mieux-être, une qualité de vie différente qui leur permette de construire leur avenir sereinement. Que ce soit à l’église ou dans un lieu de rencontre, les faits le démontrent clairement. Force est de croire que tous recherchent un réconfort que l’environnement est loin d’offrir pour ne pas dire inexistant. Riches ou pauvres sont dans la même situation parce qu’ils leur manquent une seule chose : le renoncement de soi.

Christ révélait à la foule l’objectif de sa mission en engageant ceux qui l’écoutait à le suivre [13 :36] pour obtenir une place honorable [5 :23 ; 9 :31], la vie éternelle [3 :15 ; 6 :40 ; 10 :28 ;  12 :25 ; …]  auprès de son Père. La plupart étant des sceptiques, les questions soulevées et même la manifestation « physique » de Dieu par sa voix [12 :28, 30] ; confirmant la mission du Christ rendait perplexes plus d’un. Les velléités et les actions mondaines sont encore plus graves aujourd’hui quand Christ est mal suivi, mal interprété et que tout ne devienne qu’un passe-temps pour se réconforter dans l’utopie temporelle du bien faire.

Bien faire, n’est pas l’issue, mais rentrer dans la volonté du Père [1 :31 ; 4 :34 ; 5 :30 ; 6 :38-39 ; 9 :31] quel qu’en soit les conjonctures favorables ou non. Christ l’a démontré dans ses moments de dépression [12 :27a] dont il ne cacha point son amertume, qu’il s’attachait à faire la volonté de Dieu plutôt que la sienne au prix de sa propre vie. Cet acte de renoncement est le plus grand que l’humanité n’aie jamais connu. C’est cette invitation que fait Christ à la foule de le suivre sans crainte afin de rentrer dans la gloire du Père.

La vie chrétienne n’est pas sans condition. Christ établit la condition : « le renoncement de soi » pour le suivre, prendre sa croix pour affronter l’invisible avec grâce et compassion pour ne pas tomber sous le coup du jugement [3 :19 ; 5 :29 ; 9 :39 ; 12 :31].

Les problèmes n’existent pas disait un condisciple de banc à un autre qui ne faisait que murmurer presque journellement. Nous sommes les auteurs de nos actions qui sont les produits de nos pensées. Réputé pour sa formation en théologie, il disait avec assurance, le confort de tout être humain est dans le Christ. Outre passer cette voie c’est se laisser le libre arbitre de vaquer à des expériences qui conduiront à la déception. Le renoncement de soi n‘est pas un renoncement de sa personnalité mais plutôt la volonté de se laisser diriger par Dieu tout comme le Christ le fit.