Blog

La Pâque est la manifestation super naturelle de l'énergie de Dieu [Esprit] dans la résurrection du Christ.

,

Le corps fantomatique du Christ

Joyeuses Pâques

Marc 16: 1-8

Juste après la mort de Jésus sur la croix, Pilate accepta la demande de Joseph d’Arimathée de lui remettre son corps [Mc. 15 : 43-45]. Il le fit mettre dans un tombeau neuf en présence de Marie de Magdala et Marie la mère de Joses [vv. 46-47].

Ressuscité le Dimanche matin, Jésus apparut à Marie de Magdala qui l’annonça vite à ses compagnons devenus sceptiques [16 : 9-11].

Thématique

Après le sabbat, Marie de Magdala, Marie la mère de Jacques et Salomé se sont rendues de grand matin le Dimanche, avec des parfums pour embaumer le corps de Jésus [vv. 1-2] . Pensant qu’elles allaient rencontrer un obstacle à cause de la grande pierre à l’entrée du tombeau, elles la trouvèrent roulée [vv. 3-4].

Pénétrant à l’intérieur du tombeau, il se trouvait à leur stupéfaction, un jeune homme assis, vêtu d’une robe blanche qui leur dit de ne pas s’inquiéter car Jésus qui a été crucifié et déposé à cet endroit est ressuscité [vv. 5-6]. Il leur demanda d’annoncer la bonne nouvelle à ses disciples qui le verront en Galilée [v. 7].

Bouleversées et effrayées, elles laissèrent le lieu à la hâte en gardant le mutisme [v. 8].

Exégèse

Beaucoup de gens ne croient pas à la résurrection à l’exception des Chrétiens exerçant leur foi[1] inconditionnelle d’après les Écritures de la Bible. L’exemple des disciples et de croyants sceptiques sont en très grand nombre aujourd’hui même si on devait remonter au XVIe siècle[2]. Peu importe, c’est qu’il y a eu un évènement extraordinaire qui a conditionné les premiers chrétiens à sacrifier leur vie au prix de leur croyance.

L’histoire des martyrs tant passés[3] que présents[4] sont autant de témoignages qui permettent de comprendre que le récit relaté dans le livre de Marc n’est pas sans effet.

Le tombeau était vide quand celles qui l’ont découvert ont fait l’expérience du surnaturel devant la présence de l’origine céleste d’un personnage qui leur a annoncé pour la première fois que Christ est ressuscité.

La peur des unes et des autres ne les empêchèrent pas de contribuer à la répandre ; que les historiens déclarent être la première Bonne Nouvelle de la résurrection vulgarisée par des femmes.

Réconfortants outre mesure, l’apparition du Christ à plusieurs reprises aux disciples traduit bien qu’il est ressuscité le Jour de la Pâque, assorti de son corps fantomatique.

Témoignage

Je glorifierai le nom de Dieu annonce Pascal à ses amis qui faisaient des conversations oiseuses sans fin pendant plusieurs heures. Pourquoi ce volte-face lui répondit Blaise ? Je préfère parler de la résurrection du Christ, parce que aujourd’hui, nous célébrons la plus grande victoire qui existe, celle du Christ sur la mort, lui rétorqua « Ti Pass ».

À l’opposé de la peur, les femmes ont :

  • fait montre de persistance
  • répandu la Bonne Nouvelle du tombeau vide
  • vaincu l’effroi dans l’expérience du surnaturel

Références bibliographiques

[1] La foi qui s’appuie sur l’évènement de la mort et de la résurrection du Christ ; rencontre toujours actuelle, éclairée par la tradition vivante. [Ch. WACKENHEIM. 1975. P. 253].

[2] Les épicuriens à Strasbourg entre 1530 et 1550 et le problème de l’incroyance au XVIe siècle. [MARC LEINHARD 1982. P. 322].

[3] L’exemple d’Etienne « nommé d’ancienneté premier Martyr en l’Église primitive » selon Crespin, 1825. Les Gloires. p. 343 ; permet d’inscrire les figures récentes des justes persécutés dans la continuité du plan de Dieu. [JEAN D’ESCORBIAC. 2011. Pp. 92-93].

Parmi les récits, on retrouve ceux de Ptolémée et de ses compagnons, extrait de l’Apologie de Justin (vers 155) … Les Actes de saint Justin et de ses compagnons dans leur version courte sur l’interrogatoire des martyres (vers 165) ; la fameuse Lettre des Églises de Lyon et de Vienne conservée par Eusèbe, relatant les évènement de 177 etc… [MARAVAL PIERRE 2011. P. 590].

[4] Les martyrs d’hier et d’aujourd’hui “tous ces saints Champions” [Le Martyre, v. 1775-1678, p. 263], « Les Héros d’ici-bas » [Le Martyre, v. 511, p. 229] sont ainsi ralliés au même combat, celui du Bien contre le mal, en quête d’une même récompense, celle de la vie éternelle. JEAN DESCORBIAC. 2011. P. 98].

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.