Blog

L’instinct est l’écho relationnel de la révélation de Dieu.

A quoi s’en tenir?

Mathieu 2 : 1-12

Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, 2 et dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer. 3 Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. 4 Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s’informa auprès d’eux où devait naître le Christ. 5 Ils lui dirent : A Bethléem en Judée ; car voici ce qui a été écrit par le prophète : 6 Et toi, Bethléem, terre de Juda, Tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple. 7 Alors Hérode fit appeler en secret les mages, et s’enquit soigneusement auprès d’eux depuis combien de temps l’étoile brillait. 8 Puis il les envoya à Bethlehem, en disant : Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant ; quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j’aille aussi moi-même l’adorer. 9 Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l’étoile qu’ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu’à ce qu’étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s’arrêta. 10 Quand ils aperçurent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie. 11 Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 12 Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

 

Circonstances de la naissance de Jésus

Emmanuel, qui signifie ‘Dieu avec nous’, est le nom attribué au fils qui devrait naitre par le Saint-Esprit, annoncé en songe à Joseph par un ange qui lui mit en confiance [Mat. 1 : 20]. Ayant pris sa femme Marie avec lui, il n’entra en aucune relation intime avec elle jusqu’au jour où elle enfanta un fils auquel il donna le nom de Jésus [vv. 24-25].

Après que l’enfant eut pris naissance, Joseph et Marie fuirent avec lui en Égypte sous l’instigation de l’ange qui lui apparut à nouveau en songe pour éviter une mort imminente[1]et séjourner jusqu’après la mort d’Hérode [Mat. 2 : 13-15].

Des astrologues venant de l’orient étaient arrivés à Jérusalem pour adorer l’enfant Jésus [vv. 1-2]. Comme le bruit s’y répandait, le roi Hérode invitait les mages à lui fournir de plus amples informations aussitôt obtenues, pour lui aussi, rendre hommage au nouveau-né [vv. 3-8]. Sitôt partis et arrivés au lieu où se trouvait le petit enfant Jésus, ils l’adorèrent avec des substances aromatiques et lui offrirent de l’or, puis partirent par un autre chemin [vv. 9-12].

L’instinct des mages

Les gens racontent souventes fois qu’ils font des rencontres qui ne leur inspirent pas confiance. Sans pour autant expliquer les raisons qui les dépassent, ils affirment leur étrangeté et leur intransigeance à ne pas poursuivre une relation quel qu’en soit le prix et suivre leur instinct. La Bible dit, que divinement avertis, les mages[2]rebroussèrent chemin par une autre voie. « La haine que presque tous les Juifs portaient à Hérode rendait souhaitable de montrer le Sauveur persécuté́ par le pire des tyrans. »[3]Ne vivons-nous pas dans le même contexte ? Je le crois, parce que les non-croyants parlent dans leur culture alors que ceux qui pratiquent la religion décrivent ce qu’ils comprennent à partir de leur foi. Les deux se rencontrent au croisement de l’instinct : pressentiment, prescience, prémonition, inspiration, sentiment, penchant et tout le reste, pour exprimer les mêmes expériences. Par instinct, nous entendons aussi, « de comportements innés, uniformes chez tous les membres de la même espèce, parfaitement adaptés à leur objectif et non susceptibles d’évoluer sous l’effet d’un apprentissage. »[4]

Puisque les expériences sont différentes, les explications le sont tout aussi bien à travers la révélation. Le Livre de Mathieu parle de révélation de l’ange à plusieurs reprises et les décisions heureuses qui s’en suivirent par l’obéissance de Joseph et de Marie ainsi que celles des mages à obtempérer. L’instinct,[5] avec toute sa cohorte de mécanismes devient un enjeu important quand il est compris dans le sens d’avertissement et appliqué avec discernement et obéissance. Le Message de Mathieu concerne l’obéissance de ceux qui croient en Dieu quel qu’en soit leur croyance, incluant, ceux qui « cherchent la vérité, la pressentent, se mettent en route pour l’atteindre, prennent des risques, s’informent ; ‘n’épargnant rien pour la trouver et l’acceptant avec grande joie quand ils la voient : un enfant avec sa mère.’ A l’opposé, Hérode et ses théologiens sont troublés. Ils connaissent la Parole de Dieu, celle en particulier qui annoncent qu’un fils naîtra à Bethléem de Juda, mais cela ne change rien pour eux. La prophétie est réduite par eux à l’état d’information, utile pour gérer le pouvoir et ses crises. »[6] Ce message est universel et s’adresse particulièrement à tous, femmes et hommes de bonne volonté qui désirent réussir dans la vie. La vie est faite d’expériences et le but recherché de tout un chacun est de parvenir au succès. « Aux hommes, cela est impossible, mais à Dieu tout est possible » [19 : 26].

Les croyants disent aussi, dépendamment de leur appartenance religieuse, que Dieu ou l’Esprit leur dit ; que Jésus lui-même confirme [15 :4 ; 22 : 43]. L’instinct est l’écho relationnel de la révélation de Dieu. Compris ou non dans ce sens, il est en chacun et continue en tout temps d’instruire tant sur les choses présentes que celles à venir. Quelqu’un me déclare il y a quelques années, « Chaque fois que je mens, il y a une voix intérieure qui me dit que je ne devais pas le faire, alors que je n’y pensais même pas. » Il poursuit pour me dire, « je lui ai demandé son aide, sachant que c’était peut-être la voix de Dieu, et mes jours et langages ont changé avec le temps. Je suis devenu l’homme le plus directe qui soit à nos jours. »

Dans une école de pensée que j’ai organisé il y a quelques mois avec un groupe de chercheurs, j’ai aussi partagé l’expérience de cette personne qui se faisait corriger par son instinct. Les réactions ont été volumineuses où tous partagèrent des expériences quasi similaires.

L’approche universelle de Dieu

La révélation de Dieu aux astrologues ou aux mages est un message de Son infinité grandeur qui ne fait point d’acception et se révèle à qui Il veut. Ces agents de la science sont la réponse aux différentes croyances dont Dieu a le contrôle et le pouvoir d’intervention. Il est dans chaque vie, chaque foyer, chaque communauté, chaque rassemblement religieux se révélant à ceux qui le cherchent dans leur culture, leur transcendance, l’ensemble des réalités matérielles et spirituelles créées par l’être humain. C’est une autre dimension de la foi qui invite à se connaître avant de comprendre les autres.

Quand nous portions ce message devant une assemblée pleine de vie recherchant un nouvel espoir à l’ouverture de la nouvelle année, les regards ahurissants des uns et des autres semblaient démontrer qu’ils ont reçu une autre approche transversale de leur conviction. A la fin du service et au moment des salutations, quelqu’un s’approcha pour dire en ces termes « j’étais complètement absent dans ma foi » ; une autre d’ajouter « si c’est vraiment le chemin, l’obéissance, il y a lieu de faire l’expérience du changement » ; mais le plus remarquant était celui d’un couple avec ses trois adolescents dont le père disait en ces termes, « je devrai réviser mon obéissance envers Dieu, car ce que j’exhibe en public n’est pas nécessairement ce que je pratique. Ma femme et moi, on dispute journellement parlant d’affaires nuit et jour. Mes enfants en ont marre et nous ont promis, si nous ne changions de comportement, de laisser la maison pour se rendre chez leur grand-mère. La raison est que notre business occupe toujours la première place dans tout ce que nous faisons même alors que cela devrait être le contraire. »

Comprendre notre mode de vie

Peut-être que les témoignages plus haut ne nous rapprochent-ils pas d’Hérode qui se fait passer le premier avant tout, avec les conséquences de manipulation, de duplicité et de déroute dans lequel on vit tous les jours sans réaliser qu’on s’est forgée une voie à l’antipode de nos objectifs. Peut-être que les témoignages nous portent à voir notre état par le drame de l’incroyance. Nous connaissons peut-être à fond ou partiellement les Écritures sans embrasser le mystère de « l’Enfance du Messie pour y découvrir l’appel de Jésus à notre foi adulte. »[7]

Notes et références

[1]Jésus n’a pas été persécuté à sa naissance ni par Hérode, mort dix ans plus tôt, ni par personne ; les Innocents n’ont pas plus été massacrés que les fils de Sénateurs romains nés en 63 n’ont risqué d’être exposés. Pour voir dans ce nourrisson un danger, il aurait fallu aux tyrans une prescience prophétique. Hélas ! Mages et à leur Étoile, qu’il est inutile de chercher parmi les comètes, à la fuite en Egypte aussi bien qu’au carnage des Innocents. B. Pivot ne sera pas seul à le regretter.

Picard Gilbert. La date de naissance de Jésus du point de vue romain. In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 139e année, N. 3, 1995. p. 806.

[2]Au début de l’évangile de Matthieu, ceux qui savent qu’un roi est né, qui viennent à Jérusalem et se retrouvent bientôt à Bethléem, à quelques kilomètres de là, sont des mages, des étrangers, des païens.

Des mages, il y en a dans l’Ancien Testament et ils ne sont jamais vraiment présentés en bonne part. Dans la Genèse, Pharaon, qui a fait des songes étranges, en demande l’interprétation à ses mages (Genèse 41). Plus tard, un autre Pharaon dans l’Exode est entouré de mages qui tentent de réaliser des prodiges aussi éclatants que ceux de Moïse et Aaron (Exode 7-8). Nabuchodonosor, roi de Babel, après le songe de la grande statue, réunit ses mages pour qu’ils lui en donnent le sens ; mais aucun n’y parvient, sauf Daniel que l’on fait venir finalement (Daniel 2). Voici donc le genre de personnes qui débarquent aujourd’hui à Jérusalem : un peu savants, un peu sorciers, un peu voyants. https://www.lacourdieu.com/motamot.html?id=172. 6 Janvier 2019.

[3]Ibid. Picard Gilbert. p. 803.

[4]http://cafenetphilosophie.centerblog.net/247-10-la-notion-instinct-chez-homme-il-cio-cours. 6 Janvier 2019.

[5]c’est une activité inconsciente et automatique innée et non acquise comme l’habitude. http://www.la-presse-anarchiste.net/spip.php?article3265. 6 Janvier 2019.

[6]https://www.lacourdieu.com/motamot.html?id=172. 6 Janvier 2019.

[7]https://www.carmel.asso.fr/Epiphanie-2007-Mt-2-1-12.html. 6 Janvier 2019.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.